Manon lescaut la rencontre texte

Introduction
Contents:


  1. Manon lescaut - la rencontre amoureuse - Rapport de Stage - Mots
  2. Rechercher
  3. Manon Lescaut
  4. Abbé Prévost, Manon Lescaut : La Rencontre

Mais ce combat fut léger et dura peu. Je résolus donc de régler si bien ma dépense particulière, que je fusse toujours en état de fournir aux siennes, et de me priver plutôt de mille choses nécessaires que de la borner même pour le superflu.

source

Manon lescaut - la rencontre amoureuse - Rapport de Stage - Mots

Je découvris ma peine à M. Lescaut me présenta le soir même comme un de ses parents. Je les traitai magnifiquement. Cette académie se tenait au profit de M. Le dirai-je à ma honte? Cette adresse extraordinaire hâta si fort les progrès de ma fortune, que je me trouvai en peu de semaines des sommes considérables, outre celles que je partageais de bonne foi avec mes associés. Sa morale ne finissait point. Il recommençait sans cesse à me représenter le tort que je faisais à ma conscience, à mon honneur et à ma fortune. La plus terrible punition de Dieu serait de vous en laisser jouir tranquillement.

Adieu, ingrat et faible ami.

I. Récit de la rencontre

Il se leva pour se retirer. Son discours ne laissa pas de faire quelque impression sur moi. Mais, hélas! Quelle autre félicité voudrait-on se proposer, si elles étaient de nature à durer toujours? Lescaut nous ayant un jour donné à souper, il était environ minuit lorsque nous retournâmes au logis. La serrure de mon cabinet avait été forcée et mon argent enlevé avec tous mes habits. La crainte de communiquer mon désespoir à Manon me fit affecter de prendre un visage tranquille.

Mes propres pleurs trahissaient mon désespoir et ma consternation. Il lui parla de M. Je laissai couler quelques heures, que je passai à lire. La faim me causerait quelque méprise fatale: Malheur à qui va tomber dans mes filets! Que me reste-t-il à faire pour elle, après tout ce que je lui ai sacrifié? Elle appréhende la faim!

Je courus à la porte de la chambre, que je fermai soigneusement. Il faut défendre ta vie ou me faire retrouver Manon. Il a promis de vous meubler proprement et de vous fournir tous les mois quatre cents bonnes livres, qui en feront, si je compte bien, quatre mille huit cents à la fin de chaque année. Il a laissé ordre à son intendant, avant que de partir pour sa campagne, de chercher une maison et de la tenir prête pour son retour.

La Princesse de clèves : analyse

Je ne le voyais plus que de loin, comme une ombre qui attirait encore mes regrets et mes désirs, mais trop faible pour exciter mes efforts. Par quelle fatalité, disais-je, suis-je devenu si criminel? Revers funeste! Il revint à la ville trois ou quatre jours après. Il conduisit lui-même Manon dans la maison que son intendant avait eu soin de préparer. Le vieil amant en était déjà sorti. Je lui parus triste et languissant. Elle me fit des reproches de ma froideur. Je la suivis un moment après. Je lui demandai ce qui les causait. Mais croyez-vous que je puisse penser sans soupirs et même sans verser des larmes, continuai-je en en versant quelques-unes, à la triste et malheureuse vie que vous voulez que je mène dans cette maison?


  • Manon Lescaut - Abbé Prévost - Première rencontre!
  • rencontre avec le mal dvdrip fr!
  • Menu de navigation.
  • Abbé Prévost, Manon Lescaut : La Rencontre- Commentaire composé.
  • Manon lescaut - la rencontre amoureuse!
  • Articles récents.

Je vois ce qui vous blesse. Lescaut, afin que nos mesures se prissent de concert. Il fut donc réglé que nous nous trouverions tous à souper avec M. Il assaisonna son présent de quantité de douceurs dans le goût de la vieille cour. Le vieil amant parut prendre plaisir à me voir.

Toute notre conversation fut à peu près du même goût pendant le souper. Manon, qui était badine, fut plusieurs fois sur le point de gâter tout par ses éclats de rire. Nous nous retirâmes, Lescaut et moi.

Nous nous éloignâmes en un instant du quartier. Il prit là-dessus la résolution de nous faire arrêter, et de nous traiter moins comme des criminels que comme des fieffés libertins. Il me salua avec beaucoup de douceur. Je le suivis sans résistance. Hé bien, mon père, que prétendez-vous faire de moi? Cette connaissance fut le plus rude de tous mes châtiments. Il me visitait deux ou trois fois le jour. Je les recevais avec douceur, je lui marquais même de la reconnaissance: Je fus ravi de lui voir cette opinion de moi.

Je lui demandai des livres. Je passais ainsi des jours et des nuits dont la longueur me paraissait éternelle. Je le priai instamment de me rendre ce bon office. Il vint effectivement à Saint-Lazare. Il me tint quelques discours de bon sens sur ma mauvaise conduite.

Rechercher

On le délivra de mes mains. Mon désespoir, mes cris et mes larmes passaient toute imagination. Je fis des choses si étonnantes, que tous les assistants, qui en ignoraient la cause, se regardaient les uns les autres avec autant de frayeur que de surprise. Le supérieur, ayant ordonné à ses religieux de le conduire, demeura seul avec moi. Je veux vous raconter tout, ajoutai-je en sanglotant. Vous êtes bon, vous aurez pitié de moi. Je lui représentai les choses, à la vérité, du côté le plus favorable pour nous. Il a eu le crédit de me faire renfermer ici par un pur motif de vengeance.

Ô ciel! Où trouverai-je assez de force pour ne pas mourir de douleur et de honte? Je me rappelai le nom de quelques amis de qui je pouvais espérer du secours: Il ne tarda point à revenir. Je ne vis pas sur son visage les marques de joie qui accompagnent une bonne nouvelle.

Cette explication du supérieur fut assez longue pour me donner le temps de faire une sage réflexion. Cette faveur me fut accordée sans délibérer. En un mot, voici mon projet: Je remettais à convenir avec lui des moyens qui nous paraîtraient les plus expéditifs et les plus sûrs. Il accourut aussitôt à ma chambre. Il voulut être informé de mes dispositions. Vous me revoyez tel que vous me laissâtes il y a quatre mois, toujours tendre et toujours malheureux par cette fatale tendresse dans laquelle je ne me lasse point de chercher mon bonheur.

Laissez-moi raisonner à mon tour. Quel nom donnerez-vous à la prison, aux croix, aux supplices et aux tortures des tyrans? Tiberge parut effrayé de ce raisonnement. Mais est-ce de quoi il est question? De la manière dont nous sommes faits, il est certain que notre félicité consiste dans le plaisir.

Vient ensuite la place de Des Grieux dans le texte: Cette scène de première rencontre nous annonce clairement que la suite de leur histoire va être difficile. Il y a déjà de lourds obstacles: Cet Article a été posté le lundi,11 novembre, à Les commentaires et les Rétroliens sont clos pour le moment. All Rights Reserved. III Les sentiments du narrateur. La rencontre avec Manon est brutale pour Des Grieux. On note un profond changement en lui, comme en témoigne la répétition du "moi" en incise, à deux reprises.

Manon Lescaut

C'est un passage à l'âge adulte. Il apparaît comme un héros passif qui subit le charme de la femme tentatrice. Une phrase, particulièrement longue, décrit la naissance de la passion de Des Grieux: IV Un récit pathétique. Le récit pathétique exprime le chagrin du narrateur. Il parle de son expérience comme de quelque chose de triste. Il a du remords et de la nostalgie. L'utilisation de l'interjection "hélas" au début indique la tristesse.

Il exprime du regret: Le narrateur ne cesse de s'excuser en rappelant son innocence: V La passion amoureuse, une fatalité.

Abbé Prévost, Manon Lescaut : La Rencontre

Cet extrait annonce la suite du roman. La passion amoureuse va être destructrice. Le narrateur évoque le "penchant au plaisir" de Manon qui "a causé tous ses malheurs et les miens". L'évocation de "l'ascendant" de la destinée de Des Grieux et l'annonce de "sa perte" renforcent cette idée de fatalité. Des Grieux ne se pose pas de questions. Il se laisse entraîner par la passion. Le portrait moral de Manon est négatif: Manon est montrée comme manipulatrice.